My Favourit thing..Shizu No Ten


Un air de Coltraine qui envolute...
ce Fukamushi est le thé vert par 'exellence'

Choisir un bol qui contient toute l'infusion de la Kyusu.
Prechauffer le tout. Verser dix grammes de shinzu no ten
(disponible chez zencha.net).

MMMmmmm. ça sent la framboise et la myrtille en même temps!

Première infusion exactement à 65°, infusion pas plus longue que 45 secondes, moi je compte 2 profondes respirations (35/40 sec).
Puis une autre infusion versement immédiat à 68°
et si on veut une 3 ème à 75° pour 30 secondes.

Je ne vous fait pas de compte rendu de dégustation, c'est à vous de tout découvrir. .
Si ce n'est que ma langue ne s'ai pas autant amusée depuis la 4ème!

FINI pour moi les thé verts chinois (sauf rare exeptions)

vive le FUKAMUSHI CHA!!!

Merci à FORTU pour les infos et corrige moi si je me trompe.


20 commentaires:

bejita a dit…

les thés verts japponais : mes premieres amours....
il faut avouer que ce n'est pas tout le monde qui aime ; mais c'est tellement bon .
il y a un fossé , que dis je un canyon entre un vert japonais et un vert chinois: dû au mode de preparation qui n'a rien à voir ( et je ne parle meme pas des cultivars ) Michel , par le biais de fortunato tu m'a donné envie de m' y remettre ( mais avec du bon !!!! pas du PDT )

LIO a dit…

Y en a qui s'ennuie pas!!! bon shoot l'ami!

LIO a dit…

Coltrane, oh oui c est bon... où le bon vieux ascenseur pour l'échafaud... miles l'irremplaçable.

On se comprend.

Philippe a dit…

Bon, en Jazz je suis largué mais je vous crois sur parole !
Sinon Michel, tu as aimé les thés japonais que je t'ai offert ?

Michel a dit…

Philippe
J'ai que gouté le Kabuse et c'est très bon, bien pronomcé. La qualité est au rendez vous :
un ptit régal réglisse/ légumes verts.

La raison pour laquelle j'ai pas tout gouté c'est que je suis en déménagement d'atelier;

J'aime le thé japonais pour travailler , ç'est plus direct et rapide comme execusion, et ça éclairci les idées, et me remplie de sensations à la 'Kind of Blue' pour répondre à LIo.
une illusion d'avoir mangé un repas. c'est une économie de temps, et d'énérgie ..

Guillaume a dit…

Miles smiles...

Guillaume a dit…

Dans la meme personnalité que les japonais, je te conseille " milestones" de miles davis. Une vraie claque de plaisir, direct et sans concession.

michel a dit…

Merci Guillaume . je suis allé à la poste avec le Stanley (2L), l'envoye est autout de 15 euros.

Béjita essaye pour commencer un gyokuro de chez tamayura en shizuku cha!

Anonyme a dit…

SHIZU No Ten Michel, non pas SHINZU No Ten, qui voudrait dire le ciel de Shizu en Japonais.

C'est vrai que c'est un thé vraiment extra, sa particularité réside dans la méthode d'étuvage utilisée en stoppant l'oxydation avec comme technique d'extraire l'eau des feuilles de thé à la vapeur, ce qui est commun à tous les thés verts japonais, à la différence des thés verts chinois qui sont chauffés à sec.

Au Japon, les senchas en général sont étuvés très brièvement, disons de 15 à 25 secondes, alors que pour un thé comme le Shizu No Ten, le temps d'étuvage sera de 45 à 50 secondes, c'est ce qu'on appelle fukamushi, donc, le Shizu No Ten est un fukamushi-cha, un thé vert japonais ayant subi un étuvage assez long, et bien ces quelques dizaines de secondes de plus, qui sont liées à une étape critique de la production du thé vert, ont une énorme influence sur le thé lui-même, souvent, pour les gens qui ont déjà goûté un Sencha, le Fukamushi est une surprise, c'est un thé qui n'est pas aussi beau à voir qu'un Sencha, les feuilles ont l'air défraîchies et de couleur très foncée, mais son parfum et sa saveur sont riches et denses et l'infusion d'une couleur très diffuse vert foncé. Bien que ses arômes soient puissants, c'est un thé très doux et bien moins astringent qu'un Sencha, sauf si on le fait infuser à 80°C et donc plus de tannins.

Pour les temps d'infusion et la température, l'idéal étant de pouvoir avoir une harmonie entre les tannins qui apportent de l'astringence, la caféine qui est à l'origine de l'amertume et la théanine, l'acide aminé typique du thé vert japonais qui est à l'origine de la saveur générale du thé. La théanine s'infuse déjà à basse température, les tannins et la caféine demandent des infusions plus longues et plus chaudes, on dit que 65°C pour une première infusion est l'idéal, après faut expérimenter, et puis niveau dosage c'est pareil, ni trop, ni trop peu, pour une kyusu de 20 à 25 cl. j'ai trouvé que 10 grammes de Shizu No Ten étaient adéquats à l'harmonie dont je parle plus haut, après c'est chacun fait comme y veut...

Mr Katagiri, qui est le producteur du Shizu No Ten, cultive son thé à Haibara Cho (Shizuoka), LE lieu réputé au Japon pour le Fukamushi-cha !

Là, tu parles du Shizu No Ten Michel, qui est le top de la gamme, mais tout le reste est vraiment super, que ça soit le Shizu No Mine, Shizu No Kaori, le hachijuhachiya, même le simplissime Hon Bancha aux arômes chocolatés, un thé d'automne...

J'espère ne pas avoir été trop long Michel.

à +,

Fortunato

bejita a dit…

plus précisement je pense que le terme exacte soit ciel dans le sens de paradis si le kanji utilisé est bien 天 . sinon il peut y avoir d'autres signification a ce son ( mais à mon avis il s'agit bien de paradis .
le paradis de Shizu .
le sommet de Shizu ( shizu no mine 峰 )
le parfum de Shizu ( shizu no kaori )

que de beau nom qui ne peuvent que donner envie ...

je pense que je vais m'y remettre aussi au thés japonais ( premieres amours comme je l'ai déja dis ) car le thé ne se limite pas aux chinois et qu'il ne faut pas etre sectaire ;-)

Anonyme a dit…

Bien vu bejita, 天 représente surtout quelque chose d'élevé comme le ciel ou le paradis, bien que le ciel tout court serait 空, mais c'est vrai que 天 est plus paradisiaque, j'ai juste pas voulu faire style/genre en mettant du paradis dans l'nom du thé...

C'est exactement le genre de détail qu'aiment bien les occidentaux, ça donne dans l'exotisme nippon, ce qui est vraiment pas mon truc.

Shizu voudrait dire calme, mais comme ce thé est cultivé à Shizuoka, cela voudrait simplement dire le paradis de Shizuoka, tout ça pour dire quoi ?

Que c'est le top de la gamme, en fait...

Fortunato

Anonyme a dit…

Me suis planté plus haut : comme ça parle de Shizuoka, ce serait plus logique de parler du ciel de Shizuoka que du paradis... Voili/voilà

bejita a dit…

ce qui est bien avec les kanjis ,; c'est le semblant de liberté que tu as dans la traduction ( la version c'est plus simple ) .
de toutes manieres les deux sens ( tres proches ) restes plausibles ;-)

Anonyme a dit…

Tu as bien raison bejita, et c'est ce qui est passionnant.

En tout cas, ouais, le Shizu No Ten, c'est trop bon !

à +,

Fortunato

Michel a dit…

Béjita t'as fais langues O en meme temps que pharmacie?

Merci trop Fortu-

Le truc c'est que avec les thés japonais si t'infuse 10° de trop ou de moins et 10secondes en trop le 7ème ciel n'est pas atteins.
Y'a pas de manuel d'utilisation et les conseils de vendeurs je m'en méfie toujours.
Tu m'a dis comment infuser ce thé, et le gyokuro.
que je m'éforce de mémoriser.

Pour le bancha par exemple tu fais comment?

Enfin tout ça pour dire que:
the world needs you Fortu.

J'ai choisi ce thé car il met la claque....

emmanuel a dit…

"the world needs you Fortu."

+1

bejita a dit…

disons que j'ai etudié le japonais , que c'est une belle langue ;-)
fortu : idem :-)

Anonyme a dit…

Michel, pour le Hon Bancha de zencha.net c'est un peu différent, certaines feuilles destinées à la première récolte vont être cultivées bien plus tard, fin de l'été/début automne, de ce fait, elles vont avoir beaucoup moins de caféine, et la présence de tannins est minimale, c'est donc un thé qui peut infuser à une température élevée.

Le bancha est considéré comme un thé de base au Japon, mais le Hon Bancha de zencha.net est surprenant par sa qualité ! Facile à infuser et agréable en soirée, on y trouve la présence de morceaux de branches, ce qui va apporter, comme disent les japonais, des notes plus sucrées.

En ce qui me concerne, je fais une première infusion à 75°C pour une durée de 30 secondes, avec ça j'ai un réel équilibre entre les notes boisées, un léger souvenir de vert japonais et un arôme chocolaté très agréable et rassurant, j'en bois très très souvent actuellement et pendant mes soirées d'hiver.

Je prends 15 grammes pour une théière de 50 cl., la deuxième infu (pas de 3ème pr moi) je la fais à 80°C, après on peut pousser question température, mais j'aime pas trop me brûler la langue comme aiment boire les japonais, quand j'y vais, je trouve toujours que leur thé est bien trop chaud !

C'est vrai Michel, les thés verts du Japon sont fragiles à infuser, ça peut vite devenir pas terrible avec certains écarts de température et temps d'infusion, et puis n'importe qui peut dire comment faire, après tout, j'ai bien un pote qui boit le Gyokuro comme un Sencha de base, moi, j'aime pas, mais lui c'est comme-ça qu'il l'apprécie.

Le moment critique c'est quand la feuille commence à s'ouvrir, c'est là qu'elle diffuse les matières solubles, après faut savoir combien de temps elle met pour s'ouvrir complètement, forcément, la température de l'eau influera aussi sur ce phénomène. C'est pour ça que j'ai une petite lampe qui me permet de voir dans la théière ce processus, sinon y'a aussi le verre, dans lequel on fera infuser à différentes températures, plusieurs fois, quelques grammes sacrifiés pour pouvoir ensuite définir la température adéquate et le temps d'infusion idéal pour avoir l'harmonie les tannins, la théanine et la caféine contenus dans les feuilles de thé vert. Mais là, je ne parle que de la première infusion.

Faut goûter et goûter encore, ne pas avoir plus d'astringence que d'amertume, et si c'est infusé à basse température, pour un Sencha par ex., on aura un goût de soupe trop prononcé, c'est la théanine qui est plus infusée, car elle se diffuse plus facilement à basse température, et elle participe aux notes douceâtres, après le goût, celui qui représente l'harmonie, faut bien regarder la couleur de l'infusion, sa densité, c'est une étape plus difficile à saisir, elle a malgré tout une extrême importance, car souvent c'est l'oeil qui sert de repère quand notre palais lâche l'affaire... Bon faut qu'j'arrête, sinon je vais squatter encore ton blogg Michel, déjà qu'j'ai tendance à m'étaler des heures en paroles quand il s'agît du thé vert japonais, ici, c'est un roman que je suis entrain d'écrire.

Ciao !

Fortunato

Michel a dit…

C'est toujours passionnant et tu ne squatte pas man!

Merci time to try this bancha .

Anonyme a dit…

Setzen, sechs!